Home

La poste sur l’agenda de développement des Nations Unies après 2015

Le Directeur Général de l’UPU, Bishar A. Hussein, a fait valoir les capacités du secteur postal pour aider à bancariser quelque 2,7 milliards de personnes qui ne le sont pas encore. «L’éradication de la pauvreté et l’inclusion financière, thèmes intimement liés, occupent une place centrale dans les Objectifs du Millénaire pour le développement fixés par les Nations Unies. Ils continueront de dominer l’agenda post-2015 axé sur les migrations internationales et le développement», a-t-il déclaré lors d'un colloque mondial sur l’inclusion financière qui vient de tenir ses assises à Genève. Il a insisté sur la capacité des postes à proposer des services financiers aux populations plus démunies et vivant en zones rurales, qui sont souvent exclues par les autres institutions financières. Aujourd’hui, plus d’un milliard de personnes détiennent 1,6 milliard de comptes postaux, mais le potentiel des postes pour faciliter l’inclusion financière reste inexploité . L’inclusion financière retient l’attention du monde depuis une dizaine d’années, alors que l’UPU s’en préoccupe depuis 140 ans. Il y a plus de 230 millions de migrants dans le monde, dont la moitié sont actifs sur le plan économique, selon l’Organisation internationale du Travail. Dans ce contexte, les participants du forum étaient d’avis que réduire les coûts d’envoi des transferts d’argent bénéficierait grandement aux pays en développement. Selon la Conférence des Nations Unies pour le commerce et le développement, les transferts d’argent comptent pour 0,8% du produit intérieur brut mondial. «Nous devons reconnaitre la richesse que représente la communauté des migrants, tant sur le plan social que sur le plan capital monétaire», a déclaré William Lacy Swing, directeur général de l’Organisation internationale pour les migrations. Pour réduire les prix, il est essentiel de bénéficier d’une infrastructure capable de soutenir un système efficace de paiement à l’échelle nationale, surtout dans les pays receveurs, a indiqué Marc Hollanders, de la Banque des règlements internationaux. Il ne faut pas non plus oublier les réseaux postaux, notamment pour leur vaste couverture, estime-t-il. Les postes ont de nombreux atouts et peuvent contribuer au même titre que d’autres institutions financières à assurer des transferts d’agent de qualité et à réduire leur coût d’envoi. Cependant, ce qui est surtout important, c’est leur réseau, notamment dans les pays émergents.

Mis à jour (Mardi, 29 Octobre 2013 15:48)

 
French (Fr)